acheter pour louer rapporte-t-il vraiment ? – Bourse immobilier

L’investissement locatif permet de compléter ses revenus, mais attention de bien prendre en compte tous les frais qui y sont liés.

Par Nathalie Coulaud Publié hier à 00h18, mis à jour hier à 10h52

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Un investissement locatif dans une grande ville où les logements manquent, comme ici Toulouse, limite les risques, selon le site Seloger.
Un investissement locatif dans une grande ville où les logements manquent, comme ici Toulouse, limite les risques, selon le site Seloger. EMMANUELLE CADO / PHOTONONSTOP

Avec cinq appartements en location dans le centre de Marseille, Nicolas Serrat est désormais un investisseur avisé : « Je choisis soigneusement les appartements que j’achète, je les fais rénover et les mets en location au juste prix ». Acheter pour louer implique tout d’abord de bien connaître la ville sur laquelle on jette son dévolu, de se renseigner sur le quartier et sur les niveaux de loyer pratiqués. Pour limiter les risques, viser une grande ville où les logements manquent reste le plus sûr, selon le site d’annonces SeLoger qui conseille des métropoles comme Toulouse, Nantes, Lille, Montpellier ou encore Lyon en cette rentrée.

Réaliser un bon investissement dépend ensuite du prix d’achat du logement et du loyer qui sera perçu pour celui-ci. Moins le logement est acheté cher alors que le loyer est élevé, plus la rentabilité sera intéressante. Les professionnels de l’immobilier calculent ainsi le rendement locatif en divisant le loyer annuel par le prix du logement et en multipliant le résultat par 100.

Par exemple, un appartement acheté 100 000 euros avec un loyer de 500 euros par mois, rapporte un loyer de 6 000 euros par an. Cette somme divisée par 100 000 euros permet d’arriver à un taux de rentabilité brute de 6 %. « Mais en choisissant bien sa ville et le logement, il est possible d’obtenir une rentabilité brute de 7 % à 8 % », pense pour sa part Bertrand Tourmente, gérant associé d’Althos Patrimoine.

Face à un placement comme le Livret A, qui rapporte 0,75 %, la rentabilité est alléchante, d’autant qu’un bien immobilier est concret et plus facile à appréhender qu’un placement financier. L’investissement est aussi facilité actuellement par les taux d’intérêt très bas qui permettent de se constituer un patrimoine en empruntant à des conditions très intéressantes. « Mais attention, il faut être sérieux et montrer à la banque que vous êtes un bon gestionnaire, car les banques sont plus prudentes pour un investissement locatif que pour l’achat de la résidence principale », prévient Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim.

Ne pas calculer trop juste

Contrairement à un placement financier, un logement nécessite une attention et des dépenses qui peuvent être importantes. Pour le fonctionnement du logement, une partie des charges est payée par le locataire – l’eau, le chauffage et éventuellement les petites réparations –, mais le propriétaire conserve tout le reste à sa charge. Un chauffe-eau qui tombe en panne et qu’il faut remplacer peut faire perdre un mois de loyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *