Les cycles du sommeil

Le sommeil occupe un tiers de notre vie, et pourtant, que savons-nous de lui ? De sa structure ? De ses fonctions ? Une des pistes majeures de compréhension est de s’intéresser aux cycles du sommeil et ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous dormons.

L’hypnogramme : le film de votre nuit

Selon les conventions actuelles, vous allez passer par quatre stades. Nous avons pioché dans notre base d’enregistrements de nuits des testeurs du bandeau Dreem pour illustrer ces différentes phases et les cycles du sommeil. Regardons ça de plus près.

Confortablement allongé, yeux fermés, vous commencez à vous détendre.

hypnogramme sommeil

Le sommeil léger

Vous entamez doucement la transition entre éveil et sommeil léger. C’est l’endormissement, ou stade N1, qui dure une dizaine de minutes.
Votre activité cérébrale diminue lentement. Votre cerveau émettait des ondes alpha, qui apparaissent dès que vous fermez les yeux. Il glisse maintenant vers des ondes à l’amplitude et à la fréquence plus faibles : les ondes thêta. Votre tonus musculaire diminue graduellement. Vos muscles se détendent, provoquant chez certaines personnes des saccades musculaires et l’impression de tomber du lit.

Autre caractéristique de ce stade, vos yeux bougent lentement sous vos paupières. Ce mouvement va disparaître alors que vous entrez dans la deuxième partie du sommeil léger, le stade N2. C’est le stade du sommeil confirmé.

À eux deux, ces stades forment ce que vous connaissez comme “sommeil léger” et occupent plus de 50% de votre nuit.

Réveillés durant cette phase, 50% des bons dormeurs et 80% des mauvais dormeurs affirment n’avoir pas dormi. Ca vous rappelle quelque chose ?

Le sommeil profond

Autre composante de la structure du sommeil : vous entrez ensuite en sommeil profond. Aussi nommé stade N3, c’est durant ce stade que vos neurones se synchronisent, consolidant ainsi votre mémoire dite déclarative. Ce stade vous permet de vous remémorer consciemment d’un fait et de pouvoir le raconter. Ce stade est aussi associé à la récupération physique de l’organisme. C’est le moment où est sécrétée l’hormone de croissance et où sont éliminées les toxines accumulées au niveau cérébral.

cycles du sommeil

Pour un jeune adulte, il occupe 20 à 25% de votre nuit et se reconnaît grâce à ses ondes lentes et amples. C’est pendant cette phase que vous avez le plus de risque de faire du somnambulisme ou de vous mettre à parler de vos projets secrets pour faire une surprise à votre partenaire.

Tout au long de cette plongée dans le sommeil, votre activité cérébrale se fait de plus en plus lente et la difficulté à se réveiller augmente. D’ailleurs, réveillés en sommeil profond, vous vous sentirez désorientés quelques minutes, un peu pâteux. C’est ce que les spécialistes nomment  » l’inertie de sommeil « , c’est le phénomène qui vous donne le sentiment d’être fatigué en vous réveillant. Le meilleur moyen d’être en forme le matin est donc de se réveiller en sommeil léger.

Le sommeil paradoxal

Dernière partie de la structure du sommeil : le cerveau effectue une remontée vers le sommeil léger, qui débouche soit sur un réveil, soit sur le sommeil paradoxal.
Durant cette phase, l’activité de votre cerveau est similaire à celle de l’éveil ou du début de l’endormissement. Votre corps en revanche est quasi paralysé. Cette phase a été appelée « sommeil paradoxal » à cause de ce paradoxe apparent entre un cerveau très actif et un corps immobile. On l’appelle aussi stade REM, car il est caractérisé par des mouvements rapides des yeux (REM rapid eyes movements).

cycle du sommeil

C’est durant cette partie de la nuit que les apprentissages moteurs de la journée se consolident. C’est aussi à ce moment qu’apparaissent des rêves organisés en histoire cohérente. Le premier épisode de sommeil paradoxal va apparaître après environ 1h30 de nuit et ne dure que quelques minutes. Sa durée va s’allonger au cours de la nuit et ce stade occupe au total 20 à 25% de votre nuit.

Vous voilà muni d’une bonne vue d’ensemble de ce que sont les différentes phases de votre nuit et de quelques uns de leurs bénéfices sur votre performance et votre santé. Il y a peu, seuls les laboratoires spécialisés dans le sommeil avaient accès à ces données. Mais maintenant, avec Dreem, vous pouvez y avoir accès depuis chez vous.

Les cycles du sommeil

Un cycle du sommeil dure entre 1h et 2h, pour une durée moyenne de 90 minutes. Si la durée précise d’un cycle varie d’une personne à l’autre, elle sera toujours identique pour une même personne. Vous pouvez donc avoir des cycles du sommeil de 112 minutes, alors que pour d’autres personnes, le cycle peut durer 86 minutes par exemple ! Suivant la durée de votre nuit, 4 à 6 cycles du sommeil vont se succéder, mais ils ne seront pas identiques. En début de nuit, le sommeil profond va être majoritaire. C’est pourtant le sommeil paradoxal qui prédomine en fin de nuit.

cycle de sommeil

La structure de notre sommeil n’est donc pas rigide et va surtout évoluer constamment au cours de votre vie.

L’électroencéphalogramme : un facteur important

Pour déterminer plus précisément les phases de sommeil, les médecins suivent désormais plusieurs paramètres physiologiques. Ils enregistrent les mouvements oculaires, le tonus musculaire et l’activité cérébrale (EEG). Cet enregistrement multiple s’appelle la polysomnographie.

Une polysomnographie classique que l’on peut trouver en clinique de sommeil, imposante et non confortable.